DOMAINES D'ACTION

5 PRINCIPALES THÉMATIQUES

Compte tenu du contexte et des enjeux locaux, Ecosoum focalise l'essentiel de ses projets sur cinq principaux domaines d'action :

GESTION ET VALORISATION

DES DÉCHETS

ÉCO-CONSTRUCTION ET ISOLATION DES MAISONS

AGROÉCOLOGIE ET SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE

DURABILITÉ DE L'ÉLEVAGE TRADITIONNEL

team.png

AUTONOMIE ET

RÉSILIENCE LOCALES

AMÉLIORATION DE LA GESTION ET DE LA

VALORISATION DES DÉCHETS

A ce jour, la gestion des déchets en milieu rural reste très rudimentaire. Tri, recyclage et compostage sont pratiquement inexistants dans les soums.

 

En général, qu’elles soient collectées ou non par les services publics, les ordures ménagères du village sont purement et simplement déversées à même le sol, sans distinction, dans une vague zone de décharge ouverte à l’extérieur du soum-center.

L’enjeu est tout aussi important en ce qui concerne les nomades, puisque - souvent faute d'autre solution - la majorité n’hésitent même plus à laisser leurs ordures derrière eux dans la steppe avant de se déplacer vers un nouveau campement.

Le système de gestion des déchets n'étant pas vraiment mieux en ville, y compris à Oulan-Bator, il est aujourd'hui nécessaire d'inventer un véritable modèle de valorisation efficace et locale.

 

L'OBJECTIF D'ECOSOUM EST DE METTRE EN PLACE À L'ÉCHELLE DU SOUM UN SYSTÈME DE GESTION DES DÉCHETS EFFICACE ET DURABLE TENDANT VERS LE ZÉRO DÉCHET ULTIME, EN FAVORISANT LE DÉVELOPPEMENT DU TRI ET DU RECYCLAGE.

La première étape, indispensable pour induire des changements de comportement, consiste à sensibiliser la population (à commencer par les élèves de l'école), les établissements publics et les commerces. L'idée est d'accompagner l'ensemble du soum dans sa transition vers plus d'éco-responsabilité, en encourageant la réduction et le tri des déchets.

Afin de réceptionner les déchets triés par les usagers, une plateforme de gestion des déchets va parallèlement être aménagée en bordure du soum-center. De cette manière, il sera enfin possible de valoriser les matériaux recyclables - qui constituent l'essentiel des ordures ménagères - sur place ou via des partenaires spécialisés à l'extérieur du soum.

 

Si le nouveau système permettra de respecter l'environnement à l'avenir, nous entendons également réparer les erreurs du passé afin de restaurer et protéger le milieu naturel : l'actuelle décharge ouverte sera progressivement nettoyée - en récupérant un maximum de matériaux recyclables - et sécurisée pour éviter que les déchets ne se dispersent davantage.

 

PROMOTION DE L'ÉCO-CONSTRUCTION ET DE L'ISOLATION DES MAISONS

Alors que tous les nomades vivent dans des yourtes traditionnelles, la plupart des sédentaires du village vivent dans des maisons construites en bois ou en blocs de béton. Ces blocs sont essentiellement produits dans les industries urbaines, ce pose problème aux communautés éloignées de la capitale car elles sont totalement dépendantes de leur disponibilité, de transports coûteux et des fréquentes augmentations de prix du marché.

Faute de moyens financiers suffisants, la plupart des maisons sont de plus mal voire non isolées. Dans un pays où les températures peuvent descendre sous les - 30 ° C pendant plusieurs mois par an, cela conduit à un cercle vicieux de coûts de chauffage élevés et d'une surconsommation dramatique de bois et de charbon pour alimenter les poêles - alors même que les forêts sont rares et l'exploitation des combustibles fossiles polluante et non durable.

L’OBJECTIF D’ECOSOUM EST D’AMÉLIORER LA RÉSILIENCE DES COMMUNAUTÉS RURALES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES GRÂCE À LA PRODUCTION LOCALE DE MATÉRIAUX D'ÉCO-CONSTRUCTION ET À LA PROMOTION D'UNE MEILLEURE ISOLATION DES MAISONS.

Grâce à un partenaire spécialisé, notre association introduit dans le village une technique de brique de terre comprimée (BTC), qui permettra de produire des matériaux de construction locaux moins chers et plus écologiques que les blocs habituels. Des locaux seront formés à cette technique et organisés formellement afin de créer des emplois durables. 

Plusieurs bâtiments prototypes démontreront localement la pertinence de cette technique et ces nouveaux édifices seront correctement isolés pour que chacun comprenne bien l'importance primordiale de l'isolation. De nombreuses familles bénéficieront d’une formation et de matériel afin qu'elles puissent par la suite entreprendre l'isolation de leur propre maison. 

 

Les accomplissements de Khishig-Undur seront, dans un second temps, reproduits dans d'autres soums de la province. Des supports papier d'information et d'explication, ainsi que divers tutoriels vidéos, seront également produits et disséminés afin que la technologie BTC et les techniques efficaces d'isolation puissent être largement diffusées dans tout le pays. 

 

DÉVELOPPEMENT DE L' AGROÉCOLOGIE ET 

SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE

Si la Mongolie est historiquement autosuffisante en viande et produits laitiers à l’échelle la plus locale, c’est loin d’être le cas pour les légumes.

 

Les conditions climatiques (froid et aridité) ont toujours été trop défavorables pour que l’agriculture s’ancre profondément dans les pratiques traditionnelles mongoles.

 

A l’échelle nationale, la production domestique ne couvre que

60 % des besoins, le reste étant dépendant des importations (souvent de qualité douteuse). 

 

De nombreux soums ne produisent pas le moindre légume et peinent à être approvisionnés compte tenu de la faiblesse des infrastructures de transport et de stockage.

 

L'OBJECTIF D'ECOSOUM EST DE DÉVELOPPER UNE AGRICULTURE LOCALE, DURABLE ET ÉCOLOGIQUE, CAPABLE D'ALIMENTER  EN LÉGUMES L'ESSENTIEL DE LA POPULATION DU SOUM TOUT AU LONG DE L'ANNÉE, AFIN D'ASSURER SA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE. 

La production de légumes au sein du soum étant à ce jour très limitée, Ecosoum cherche en premier lieu à accroitre les rendements et la surface totale mise en culture (aujourd'hui inférieure à 1 hectare), en soutenant à la fois les quelques agriculteurs travaillant déjà à Khishig-Undur et en encourageant d’autres habitants à démarrer une exploitation agricole professionnelle ou un potager personnel. 

Ce soutien passe notamment par une aide financière et technique au développement d’équipements indispensables tels que des serres solaires passives et des systèmes d'irrigation efficaces. Plus largement, Ecosoum cherche à aider les agriculteurs à faire face à l’ensemble des difficultés exprimées par ceux-ci, y compris en organisant des formations sur les thématiques de leur choix.

 

Par ailleurs, Ecosoum travaille à organiser le secteur et sécuriser les revenus des agriculteurs, notamment grâce à une meilleure commercialisation et une plus grande valeur ajoutée tirée de la transformation des légumes. La construction d’un cellier communautaire permettra en outre de conserver les productions plus longtemps pour assurer l’approvisionnement du soum tout au long de l’année.

 

PROMOTION D'UN ÉLEVAGE PASTORAL PLUS DURABLE 

Les grands élevages intensifs et industriels sont presque inexistants en Mongolie, mais la durabilité du pastoralisme extensif traditionnel est aujourd’hui compromise.

Depuis une vingtaine d’années, l’accroissement dérégulé du cheptel national et la prépondérance grandissante de l’espèce caprine ont fait entrer le pays dans une crise chronique de surpâturage qui menace les steppes de désertification

 

Les éleveurs sont de plus en plus vulnérables face aux dzuds (hivers extrêmes où le fourrage vient à manquer) qui déciment régulièrement des millions d'animaux et entrainent leur faillite.

Ce cercle vicieux est entretenu par la trop faible valorisation des produits de l'élevage. Les familles sont forcées à accroitre leurs troupeaux et privilégier les chèvres pour produire un cachemire rémunérateur, alors même que cela aggrave le surpâturage.

L'OBJECTIF D'ECOSOUM EST DE RÉDUIRE LE SURPÂTURAGE, LA DÉSERTIFICATION ET L'IMPACT DES DZUDS, GRÂCE À UNE STRATÉGIE COLLECTIVE DE GESTION DURABLE DES CHEPTELS ET DES PÂTURES, AINSI QU'À UNE REVALORISATION DES PRODUITS DE L'ÉLEVAGE.

Afin de favoriser le retour à une régulation plus efficace des effectifs de bétail, l'association travaillera avec les éleveurs à la mise en place de Groupes d'Utilisateurs des Pâtures (PUG) chargés de fixer et respecter leurs propres objectifs en définissant une stratégie collective.

Ecosoum cherchera également à aider les éleveurs à assurer l'ensemble de leurs besoins, que ce soit la construction d'infrastructures (puits et abris), l'accès aux services vétérinaires et aux formations en santé animale, ou encore la constitution de réserves de fourrage d'urgence.

 

L'association travaillera enfin à favoriser une meilleure valorisation des produits de l'élevage. Cela passera notamment par la mise en place d'une coopérative de commercialisation, ainsi que par l'établissement de petits ateliers de transformation artisanale s'appuyant sur les savoir-faire locaux. 

 

RENFORCEMENT DE L'AUTONOMIE ET

DE LA RÉSILIENCE DU SOUM

A l’heure où de graves menaces (changements climatiques, inégalités, surconsommation, perte de biodiversité, pollutions diverses, etc.) font peser le risque d’un effondrement généralisé sur notre civilisation mondialisée, il est devenu urgent d’opérer une transition sociétale et renforcer la résilience des communautés, afin d’atténuer les probables effets dévastateurs des bouleversements à venir. 

Cette nécessaire mutation ne pourra trouver son efficacité qu’en passant par une plus grande autonomie locale et l’adoption de modes de vies plus sobres et durables. L’agriculture, l’élevage, la gestion des déchets, la construction et l’énergie représentent certes des domaines d’action prioritaires, mais ils sont loin d’être les seuls. C’est en fait toute l’économie du soum qu’il faut pouvoir autonomiser autant que possible, en offrant à chacun un rôle à jouer au sein de sa communauté.

L'OBJECTIF D'ECOSOUM EST DE RENFORCER L’AUTONOMIE ET LA RÉSILIENCE DU SOUM, EN Y SOUTENANT LA PRODUCTION ARTISANALE DE BIENS ET SERVICES UTILES À LA POPULATION LOCALE ET COHÉRENTS AVEC DES MODES DE VIE SOBRES ET DURABLES, TOUT EN RÉDUISANT LE CHÔMAGE ET LES INÉGALITÉS.

L’économie informelle comptant pour beaucoup en milieu rural, personne ne semble avoir une vue d’ensemble des biens et services actuellement produits dans le soum. La première étape consistera donc à établir un état des lieux précis des productions locales, afin d’identifier précisément les besoins et les opportunités. 

Ecosoum s’efforcera alors de soutenir toute initiative, aussi bien publique de privée, contribuant à renforcer l’autonomie et la résilience du soum. L’association travaillera à proposer des ateliers collaboratifs, du matériel, voire même des financements au travers de micro-crédits permettant le développement de nouveaux artisanats.

 

Pour appuyer ce développement économique autonome, l’association cherchera à encourager la vente ou le troc des produits via des circuits courts au sein du soum. Des coopératives pourront être créées pour appuyer les artisans et un magasin de produits locaux sera ouvert dans le village afin d’en faciliter la commercialisation et favoriser ces derniers face aux importations. 

 

PLAIDOYER POUR LA DUPLICATION DU MODÈLE DE KHISHIG-UNDUR

En complément des 5 grands domaines d'action à proprement parler, un travail continu de plaidoyer sera conduit à l'échelle régionale et nationale.

Le but sera de promouvoir le modèle local de transition et résilience mis en place à Khishig-Undur, en vue d'encourager sa reproduction dans d'autres soums du pays.

L’association cherchera d’une part à faire la promotion de ses actions et accomplissements dans d’autres soums. Si elle visera les autorités locales, elle travaillera surtout à mobiliser les populations, en leur montrant la pertinence des mesures prises à Khishig-Undur pour les encourager à les reproduire dans leur soum.

 

Ce plaidoyer pourra prendre différentes formes, comme des réunions publiques ou des ateliers de formation et de partage de connaissance.  

Dans le même temps, le plaidoyer visera également les autorités nationales. Le but sera là aussi de promouvoir le modèle de transition et résilience mis en place à Khishig-Undur, afin d’encourager le gouvernement à soutenir la démarche dans d’autres soums.

 

Plus largement, ce travail de plaidoyer visera aussi à infléchir le contexte législatif national et faire intégrer dans les politiques publiques les bonnes pratiques mises en œuvre à Khishig-Undur. 

Toutes ces activités de plaidoyer ne pourront démarrer que dans un second temps, une fois les autres projets suffisamment ancrés et couronnés de succès, et l’association réellement légitimée.

 

Mais c’est bien grâce à elles qu’Ecosoum pourra atteindre son objectif de long terme, à savoir de renforcer la résilience et améliorer les conditions de vie non pas d’un seul et unique soum, mais bien de l’ensemble des populations rurales de Mongolie.